Il y a de cela quelque temps –février 2015- j’ai ouvert un compte sur e-loue et créé par erreur deux annonces identiques. Ayant vainement cherché comment supprimer mon annonce, et forcément un peu vexé de ne pas trouver une fonction aussi élémentaire, j’ai fini par appeler le support client. Et c’est ainsi que j’ai appris, éberlué, que cette fonction n’existait pas : si vous voulez supprimer une annonce, l’opération doit être faite manuellement par le support.

Confondu par tant d’amateurisme – le site existe au moins depuis 2011 - je n’ai plus jamais mis les pieds sur e-loue. Ont-ils ajouté cette fonction depuis ? Je l’ignore car bien que figurant dans leur fichier client, je n’ai jamais reçu la moindre newsletter pour m’annoncer des nouveautés, seulement une proposition d’apéro (?!) en avril 2015

Jusque il y a quelques jours.

Prière de promouvoir le site, pas le CEO

Première erreur : l’expéditeur doit être le nom du site, à moins d’être une célébrité on est donc prié de laisser son ego de côté. Ensuite la newsletter elle-même : j’ai tout naturellement cliqué sur la grande image en bandeau et… elle s’est contentée de s’afficher en plein écran au lieu de m’orienter vers le site web. Après d’autres tentatives infructueuses, je me suis résolu à lire le texte affiché en très petits caractères et intégralement en caractères gras. Rappelons que le gras sert à mettre en valeur un court texte, si tout est en gras l’on perd en lisibilité et l'on va à l'encontre du but recherché. Quant aux exemples de ce que l’on peut trouver sur e-loue express, ils sont chassés à la fin, alors qu’il s’agit de ce qu’il y a de plus important immédiatement après l’adresse du nouveau site (en gros caractères s'il vous plait, avec un gros lien en évidence, merci bienje prendrai également un café). Enfin le texte figurant sous ces articles est bien trop long, et prise globalement cette newsletter est hideuse.

 

 

Le site web : oh mon dieu oh mon dieu

La page d’accueil est à ce point misérable que l’on se demande s’il est bien nécessaire de s’acharner. Tout d’abord, moment de franche hilarité : en fait d’exemples ce sont « les » trois articles disponibles sur le site, de sorte que l’on ne prendra pas la peine de s’inscrire. Citons aussi le bouton « Visitez notre site web ». Comment, nous ne sommes pas déjà sur le site ? allez comprendre… En fait, il renvoie vers e-loue tout court. Facile non ? Passons aux solutions.

Les solutions (oui, il y en a)

La newsletter

Tout d’abord, comme on l’a signalé : l’expéditeur doit être le site, et non Paul Durand. Ensuite, cette newsletter donne l’impression d’avoir été faite par un coin de table, impression encore renforcée par le fait, répétons-le une quatrième fois, que Paul Durand est l’expéditeur. Et lorsque l’on renvoie une telle impression de misère, cela ne donne pas nécessairement envie de lui confier son matériel. Si l’on est vraiment tout seul, des sites tels que mailchimp proposent des centaines de templates pour toutes les situations et sont très simplement personnalisables, c’est vraiment enfantin et le résultat sera aussi professionnel qu’efficace.

 

les « trois » articles disponibles.

C’est évidemment ridicule. La solution : on vide ses placards, on rameute ses amis et sa famille, on dépense même un peu d’argent si c’est nécessaire, au final il devrait être possible d’avoir aisément au moins cinquante articles différents. Quand bien même on acheterait tout parce que l’on n’a ni amis ni famille, mille euros sur le bon coin ou eBay devraient amplement suffire.

 

La page d’accueil

Plutôt qu’une page d’accueil aussi ridicule, pourquoi ne pas avoir réuni sur une seule et même page e-loue et e-loue express ? il suffisait d’un bandeau de promo et d’ajouter un filtre dans le moteur de recherche précisant que l’on désire une location express. Moins de maintenance, meilleur SEO, reconnaissance immédiate auprès des clients habituels – en supposant qu’il y en ait- les avantages sont évidents.

 

… et le coupable est

… Les écoles de commerce. Toutes, vraisemblablement, car le marketing brick and Mortara est radicalement différent du digital marketing. On peut tomber dedans lorsque l’on est tout petit comme ce fut mon cas il y a un quart de siècle mais cela peut aussi s’apprendre, du moins dans une certaine mesure. Car contrairement aux tableaux Excel du monde réel, le digital marketing est un savant mélange de promotion, SEO, design etc. Et le plus important : un instinct pour savoir ce qui va fonctionner ou non, cela ne va pas de soi et explique les nombreux tests en A/B réalisés même par les plus grosses entreprises du monde. Il en va de même bien entendu dans le monde réel: au-delà des chiffres c'est en définitive l'intuition du marketer qui fera la différence.

 

Sur internet, tout va très vite…

La conclusion la plus inquiétante, c’est que e-loue malgré son ancienneté est parfaitement prenable : si des professionnels dignes de ce nom, qui savent ce que c’est qu’une ergonomie, une technologie et un marketing efficaces décident de rentrer dans ce marché suffisamment vite et fort, e-loue sera balayé. Comment ? imaginez Let2go appliqué à la location plutot qu’à la vente. Oui, c’est aussi simple que cela. Quant à e-loue express et ses trois articles, n’en parlons même pas.

e-loue express, une bonne idée ?

Rappelons le concept : on laisse ses objets dans un local où ils sont immobilisés moyennant le versement de 30% de commission. Même s’il ne fait aucun doute que l’idée s’appuie sur une solide étude de marché son succès me laisse sceptique pour les raisons suivantes.

Coté loueur :

-      Le loueur voit ses équipements immobilisés.

-      La commission de 30% est peu motivante

Coté client :

-      Le local est situé à la périphérie de Paris et non au centre-ville

-      Choix trop maigre

Une solution ? Nouer des partenariats avec des sociétés de course qui, moyennant un supplément réglé par le client se chargeraient de l’enlèvement et du retour lors des locations. Pas d’immobilisation de matériel, plus de choix, commission plus généreuse, risques financiers nuls pour l’entreprise.

 

Quelle est votre prochaine idée ?

Une bonne startup a de nouvelles idées et se renouvelle sans cesse. Par exemple Uber avec Ubereat (et bientôt le transport de marchandises) ou encore airbnb qui en plus de la location a lancé des activités de groupe. Ces leaders mondiaux ne se sont pas reposés sur leurs lauriers. Si vous lancez une startup, ne songez pas uniquement au produit que vous allez lancer, mais également celui d’après ainsi que le suivant. C’est du reste la première question que je pose aux personnes qui commencent modestement à me contacter par bouche à oreille pour un financement : « ok, et ensuite on fait quoi ? »

PS: à la suite de cet article le CEO de e-loue a choisi la seule solution digne d'un grand chef d'entreprise: bouder et me retirer de ses contacts. J'espère qu'il aura également pris soin de me retirer des destinataires de son (immonde) newsletter. Souhaitons bonne chance à son entreprise: elle en aura grand besoin.

Nous contacter

50% de réduction à nos dix premiers clients pour notre forfait annuel !